Serendipity

Le don magique de faire par hasard des découvertes heureuses

Les Parisiennes de Kiraz 9 juin, 2008

Filed under: Arts & Entertainment — Mel @ 09:30
Tags: , ,

Petite, je croisais les Parisiennes de Kiraz dans les numéros de Paris Match ou Jours de France que mon père ramenait dans ses bagages à l’occasion d’un voyage dans cette chère patrie française. Ou alors dans les pubs qui se trouvaient dans le Elle auquel ma mère était abonnée, mais ça c’était uniquement lorsque les services postaux philippins daignaient nous les livrer au lieu de nous les piquer !

Les Parisiennes c’était un bout de France qui m’arrivait jusqu’au fin fond de mon archipel philippin. A l’époque j’appréciais plus les illustrations que la légende qui l’accompagnait. Faut pas m’en vouloir, à l’époque je n’avais que 6-7 ans, je venais d’apprendre à lire avec Daniel et Valérie et leur chien Bobby (Daniel joue avec Valérie, Valérie joue avec Daniel. Joue Daniel ! Joue Valérie !) Alors la subtilité et l’humour des Parisiennes c’était hors de ma ligue. Toujours est-il que ces Parisiennes avec leurs yeux de biche, leurs jambes interminables, leur silhouette longiligne, vêtues de tenues aux imprimés psychédéliques, des pattes d’eph ou de micro bikinis m’apparaissaient comme des ambassadrices du chic parisien. Je ne savais pas que bien des années plus tard, j’allais devenir une parisienne d’adoption et avoir les mêmes préoccupations futiles que ces jolies poupées de papier glacé.

Cette expo au musée Carnavalet a été une occasion de revoir ces Parisiennes que je n’avais plus vu depuis mon enfance (même pas sur un vieux numéro de Gala chez le dentiste) et d’apprécier enfin ces légendes assassines en bas de chaque planche. Et cherry on the cake, parmi toutes les planches de l’expo je suis tombée ahurie devant cette illustration de Kiraz pour un magasin japonais qui s’appelle… Serendipity !

Finalement, elles n’ont pas pris une ride les Parisiennes de Kiraz.  Que ce soit au niveau stylistique (pile dans la tendance du moment) ou des tracas de la vie quotidienne (shopping, surcharge pondérale, les hommes…) Comme le dit Bernard Delattre sur son blog, « La Parisienne de Kiraz, finalement, est un peu à la Ville Lumière ce que Carrie Bradshaw, de « Sex and the City », est à New York.« 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s